Techniques et méthodes

Design Thinking : une stratégie créative pour innover

Design Thinking: une stratégie créative pour innover

Le Design Thinking est une approche centrée sur l’utilisateur qui permet de créer, de tester et de produire des solutions innovantes, élégantes et commercialement rentables.

Cette approche met l’accent sur l’importance de la recherche et de l’évaluation continues, et s’appuie sur la participation de personnes, domaines et expertises variés tout au long des étapes de création du produit, processus ou service.

« La plupart des gens pensent à tort que le design est synonyme d’aspect extérieur. C’est faux. Le design, c’est décrire comment l’objet fonctionne. »

– Steve Jobs, cofondateur d’Apple

En mettant l’accent sur l’évaluation continue, cette technique s’avère particulièrement utile pour résoudre ce que le théoricien Horst W. J. Rittel a décrit comme des « problèmes difficiles », c’est-à-dire les problématiques dont les causes racines et les solutions sous-jacentes ne sont pas claires.

> Lire aussi : Business Analyst: un métier incontournable

Le fonctionnement du Design Thinking

La réflexion autour du design a conduit à l’émergence de nombreux modèles théoriques. On constate en les comparant qu’ils partagent tous les mêmes étapes de base : Comprendre, Explorer et Matérialiser (également connu sous le nom d’Inspiration, Idéation et Mise en œuvre).

Ces phases peuvent être divisées en six étapes :

6 étapes du Design Thinking

Faire preuve d’empathie

Ce qui signifie : recueillir les besoins, rencontrer les clients et les parties prenantes pour découvrir leurs motivations et comprendre ce qu’ils attendent d’un produit ou d’un service.

Il s’agit de prêter une attention particulière aux facteurs émotionnels, et notamment d’identifier le ressenti des gens face à une idée innovante.

Dans son article intitulé « Design Thinking », Tim Brown, PDG d’IDEO, cite en exemple le succès d’une nouvelle gamme de vélos. L’innovation a consisté à s’inspirer non pas des avancées technologiques mises en œuvre dans le milieu du cyclisme professionnel, mais des souvenirs heureux des clients cibles lorsque ceux-ci se remémoraient les sorties à vélo de leur enfance.

>> Lire aussi : Les 10 types d’innovation® selon Jay Doblin

Définir le problème

Ce qui signifie identifier le problème que vous voulez résoudre. Quels besoins ou désirs sont actuellement mal ou pas du tout satisfaits ? Considérez le parcours de vos utilisateurs : il est par exemple possible que les comportements ou les attentes de vos clients aient évolué, mais que votre produit n’ait pas encore rattrapé son retard. Existe-t-il de nouvelles technologies qui pourraient contribuer à améliorer l’expérience d’utilisation de votre service ou d’achat de votre produit ?

>> Lire aussi : Besoin vs. exigence : ne confondez plus !

Trouver des idées

Les séances de brainstorming intégrées à la démarche de Design Thinking permettent de générer de nouvelles idées, notamment grâce aux compétences pluridisciplinaires des contributeurs qui apportent ainsi leurs propres perspectives. Cette hétérogénéité des participants conduit à la mise en lumière de liens jamais perçus auparavant, et à oser remettre en question les modes de pensée traditionnels. La multiplicité des points de vue conduit également à la génération d’un plus grand nombre d’idées et à une discussion plus riche.

Dans cette troisième étape du processus de Design Thinking, il est nécessaire de s’assurer que les idées sélectionnées répondent vraiment au problème identifié dans l’étape précédente.

Lorsqu’il y a suffisamment d’idées générées, celles-ci sont organisées, filtrées et mises au vote. Les idées ayant requis le plus de suffrages passent ensuite à l’étape du prototypage.

Réaliser un prototype

Ça y est, la solution potentielle a été identifiée, et il est temps de s’attaquer à la phase de prototypage. Selon le temps et le budget dont vous disposez, le prototype peut être un produit, un modèle, un storyboard ou une maquette papier.

A ce stade précoce du processus de Design Thinking, la réalisation du prototype n’a pas pour vocation d’être parfaite. Son objectif principal est en effet l’apprentissage, le retour d’expérience rapide. Ainsi, le prototype peut tout-à-fait être très simple, pourvu qu’il démontre (ou non) que votre idée est viable.

>> Lire aussi : Quand le Business Analyst devient UX designer (ou l’inverse)

Tester

Votre objectif ici est de découvrir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. N’ayez donc pas peur de l’échec. Étudiez la réaction de vos utilisateurs face à votre prototype : répond-il aux besoins que vous avez identifiés lors de la phase de définition du problème ? Ont-ils plaisir à l’utiliser ? Est-ce qu’ils se sentent bien ?

Le processus de Design Thinking est itératif, et chaque obstacle rencontré contribue à votre apprentissage. Lorsque vos utilisateurs soulignent des problèmes ou formulent des critiques, ne vous en offusquez pas et n’essayez pas de les convaincre qu’ils ont tort ou qu’ils ont mal compris l’usage du produit, du service ou du processus.

Soyez à leur écoute, et servez-vous de ce retour terrain pour répéter les étapes de prototypage et de test jusqu’à ce que le problème de vos utilisateurs soit résolu d’une manière qui leur plaît.

>> Lire aussi : Design Thinking, Lean Startup et Agile : quelle est la différence ?

Mettre en œuvre

La démarche de Design Thinking a pour objectif la concrétisation d’une idée innovante répondant aux besoins réels des utilisateurs et des clients. Dans cette dernière étape, il est donc indispensable de prendre du recul afin d’évaluer les performances et le niveau de satisfaction obtenu par votre nouveau produit. Si les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes, le processus peut être repris depuis le début.

Soyez honnête face aux retours terrain et aux performances en situation opérationnelle. Certes, il n’est pas agréable de repartir d’une page blanche, mais tout ce que vous aurez fait jusque-là n’aura servi à rien si l’idée innovante à laquelle vous croyiez dur comme fer n’obtient finalement pas l’adhésion de vos clients et utilisateurs finaux.

Cette dernière étape est donc une partie importante de l’approche de Design Thinking, qui, rappelons-le, a pour objectif de créer, tester et produire des solutions innovantes, élégantes et commercialement rentables.

Ces étapes ne sont pas nécessairement réalisées de manière linéaire, et il se peut que vous deviez revenir plusieurs fois à une étape antérieure avant d’atteindre ce que Garth Saloner, professeur à Stanford, appelle le « moment A-HA », c’est-à-dire l’éclair d’inspiration qui vous montre clairement la voie à suivre.

Points clés

La pensée conceptuelle place les besoins et les désirs des utilisateurs finaux au centre du processus de création de nouveaux produits ou services. Les idées innovantes ainsi créées peuvent donner à votre entreprise un avantage concurrentiel.

Le processus de Design Thinking comporte les six étapes suivantes :

  • Apprenez à découvrir votre persona « utilisateur final », en vous concentrant sur ses ressentis émotionnels et les éléments pratiques et techniques qui le concernent.
  • Identifiez et définissez le problème de vos utilisateurs ou clients que vous voulez résoudre.
  • Organisez des séances de brainstorming avec des équipes pluridisciplinaires.
  • Développez des prototypes, qui peuvent être une simple maquette, un croquis ou un storyboard.
  • Testez, affinez et répétez le processus depuis le début si nécessaire.
  • Réalisez votre idée et mettez-la sur le marché avec une stratégie commerciale viable.

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires