La stratégie de tests métiers

(temps de lecture moyen : 2 m 30 s)

 

La stratégie de tests métiers – tests souvent appelés par abus de langage “tests fonctionnels” – a pour objectif de préparer la feuille de route des tests métiers, en définissant une vision, un planning et une méthodologie. Cette feuille de route a comme finalité la vérification de la conformité de la solution par rapport aux besoins du Client et des utilisateurs finaux.

Dans le cadre d’une méthodologie de projet traditionnelle, les éléments servant de référence à la stratégie de test sont les spécifications fonctionnelles détaillées, lesquelles incluent le glossaire, les règles métiers, les différentes modélisations et prototypes.

La stratégie de tests métiers couvre le périmètre suivant :

  • Mesure de la satisfaction utilisateurs apportée par la solution grâce aux indicateurs prévus par la gouvernance;
  • Analyse de la performance et de la valeur de la solution au travers des campagnes, scenarios, cas et jeux de données orientés métiers.
  • Identification des limites de la solution en vérifiant les périmètres technique et organisationnel ;
  • Méthodologie, définition et application des actions correctives et évolutives à appliquer en fonction des résultats d’exécution des tests métiers.

Mesurer la performance et la valeur métier de la solution

Pour pouvoir mesurer la performance et la valeur ajoutée de la solution cible sans ambiguïté, le Business Analyst doit tout d’abord définir les indicateurs  de performance et leurs seuils de tolérance.

En effet, même dans le cas d’une performance objectivement mesurable, le seuil d’acceptation peut faire l’objet d’opinion divergentes. Par exemple, dans le cas de la rapidité du système, parle-t-on en  secondes, ou en millisecondes ? Ce qui peut être acceptable pour un utilisateur assis devant son PC peut ne plus l’être dans le cas d’applications embarquées.

Ou encore, la capacité de charge d’un système concerne-t-elle 100 ou 10000 utilisateurs simultanés ? Les exigences dans le cas d’une application comptable ne sont évidemment pas les mêmes que celles d’un serveur marchand web avec des milliers d’utilisateurs connectés en même temps.

Et quand la notion de performance est subjective, l’exercice est encore plus périlleux. Par exemple, une solution considérée comme performante l’est-elle si elle est dotée de beaucoup de fonctionnalités personnalisables (et si oui, combien) ? Ou alors est-elle évaluée par rapport à sa capacité à s’adapter à l’environnement extérieur (normes légales, environnementales ….) ?

Gardez donc en tête que les critères des indicateurs doivent être précis et mesurables.

L’analyse de la performance et de la valeur de la solution

La stratégie des tests métiers définit les campagnes de tests, puis de manière macroscopique la ventilation par scénarios. La définition des cas de tests et des jeux de données se fera par la suite,  après l’analyse du référentiel de test.

A ce stade, le testeur métier (ou le BA si c’est lui ou elle qui est responsable de la définition de la stratégie de tests métiers) doit anticiper la manière dont l’équipe de testeurs collectera les données de test.  Par exemple:

  • Vérification / récupération des valeurs directement en base ;
  • Lancement de requêtes ad-hoc préparées en amont par l’équipe de développeurs, que le testeur n’aura qu’à lancer en fonction de variables pré-requises indiquées dans les cas de test ;
  • Jeux de données préparés avant le déroulement des tests et injectés selon les instructions des cas de test.

Identification des limites de la solution

La stratégie de tests fonctionnels doit préciser dans quels cas la non-conformité relève d’une erreur de développement et dans quels cas il s’agit d’écarts par rapport à la compréhension des besoins du Client.

Dans le premier cas, il s’agit d’un bug technique « classique », constaté par le testeur, à reporter aux équipes de développement pour correction.

Dans le second cas, il s’agit d’une modification voire d’une évolution par rapport aux spécifications fonctionnelles détaillées, déjà validées. Cela nécessite une nouvelle itération par le biais du processus de Change Requests, et donc la validation de la nouvelle version par le Client.

Définition et application des actions correctives et évolutives

La stratégie de tests métiers a aussi pour objectif de prévoir la manière dont les actions correctives et évolutives seront appliquées. Le Business Analyst peut ainsi proposer et faire valider une classification des écarts techniques ou fonctionnels, en fonction de leur degré de criticité et d’urgence.

Cette matrice servira ensuite de critère décisionnel pour le traitement des bugs techniques et des demandes d’évolution durant la campagne de tests.

La stratégie de tests métiers doit également définir la méthodologie des tests : membres du comité opérationnel de test, fréquence des sessions, périmètre etc.

Enfin, elle doit définir les critères mettant fin à la campagne de tests, comme par exemple, le nombre de bugs non résolus mais acceptables, en fonction de leur criticité et niveau d’urgence.

Une fois la stratégie de tests métiers définie, l’analyse, la préparation puis l’exécution des tests peuvent commencer.

4.3 6 votes
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x