La profession de BA

Interview : l’impact de l’Intelligence Artificielle sur le métier de Business Analyst

IA et business analyst - Vaartaalaap

Tout-le-monde se pose ou se posera la question de l’impact de l’intelligence artificielle sur son travail. La start-up Vaartaalaap – du mot hindi “discussion” – en a fait son coeur de réflexion en interviewant des experts, influenceurs et anonymes du monde entier autour de cette question : quel sera le futur visage du marché du travail dans ce nouveau contexte?

BestOfBusinessAnalyst.fr s’est à son tour pliée à ce difficile exercice pour tenter de dessiner les contours du métier de Business Analyst dans dix ans…

La vidéo de l’interview :

Restranscription de l’interview:

English version

Aman (Vaartaalaap) : Do you see increasing automation and use of AI impact your area of work i.e. business analysis? If so, how?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : First of all, I would like to make it clear that the concept of artificial intelligence is often misused in companies.

Often it is simply a more or less classic IT project but to find a sponsor or funding, some people use the term artificial intelligence because it sounds more modern.

In reality, many business leaders are confused by the concept of artificial intelligence.

So yes, as far as I’m concerned, as a business analyst, when I see the term artificial intelligence appearing, I have a red flag that goes up because it means having to remove these ambiguities from the beginning, at the time of the framing of the project. What does the company that is talking about implementing artificial intelligence really want? For example, is a chatbot an artificial intelligence? Or is the organization rather looking for predictive and prescriptive analysis? For example, we can consider that a chatbot is simply a kind of FAQ with an additional voice recognition functionality.

By the way, I have just read an article on the discovery of a powerful antibiotic by MIT, thanks to artificial intelligence combined with machine learning. That, to me, is really AI. What I want to point out is that the notion of AI remains, for the vast majority of leaders, a sexy but unclear concept.

So indeed, I see that IT projects that mention the term artificial intelligence are becoming more and more frequent.

Aman (Vaartaalaap) : Did you have to learn new skills on the way to stay in current role or make a career progression?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : First of all, I would like to come back to the role of the Business Analyst in IS: we intervene when an organization needs to implement a solution to meet a need for change, whatever it may be.

This can of course be the implementation of a new IT solution, for example a CRM to assist sales teams, or accounting software, or creating a responsive application for the company’s customers.

But the change can also be the result of a change in the company’s strategic policy, a merger or acquisition, the need to overhaul business processes to improve performance, and so on.

So, as a business analyst, the bulk of our work is first to understand the business needs of the organization, then after appropriate analysis of external and internal constraints, to recommend a solution. It is only after this step that we will talk about the solution, and that we will have to describe it very precisely.

A business analyst is not supposed to work on the technical solution – that’s the job of technical architects, developers and data scientists.

However, a business analyst is also a bridge between the business users and the technical teams.

So I think that, without becoming an expert in artificial intelligence, a BA should at least have a veneer, or at least perform a constant informational watch on emerging technologies and the business needs that arise from them.

Another important point that I think plays in favour of the BA’s information effort is that the BA must know how to identify its contributors precisely, whether they are on the business side or on the development team side. Technological progress has led to the emergence of new professions and new skills. I am thinking for example of data analysts and data scientists.

The Business Analyst needs to understand how he or she will work with them, because there can be a shift in roles and responsibilities within the project team.

Another point: IA has an impact on the identification of business needs if the organization wants to use the new technological possibilities in predictive and prescriptive analysis. Until now, a business analyst would analyse past data from the company and its environment before proposing recommendations for solutions.

With the emergence of big data, artificial intelligence and therefore predictive and prescriptive analysis, the business analyst will also have to analyze future data and therefore even if his job is not to create algorithms, he will have to integrate this data as an additional constraint or opportunity.

Finally, given the context in which the business analyst operates, which is linked to a need for change, I cannot stress enough the importance of continuous training throughout his or her career, whether in the field of IA or not. One can indeed think of all the regulatory changes related to data protection, cybersecurity, methodological changes in project management, etc… A business analyst is all the more relevant and competent if he or she has a good general and specific knowledge of the markets in which he or she operates.

As far as I am concerned, I am lucky: my website forces me to keep myself informed continuously in order to write valuable articles, and the feedback I get from the French-speaking business analyst community is extremely valuable to me in order to stay up to date.

I also read a lot of books, and I regularly sign up for training courses on learning platforms such as MOOC.  My last training course is precisely about “data sciences from A to Z”.

Aman (Vaartaalaap) : Are new technologies resulting in retrenchment or creating new opportunities as well in France?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : So I am not a specialist in the market of new technologies, but I do see countless projects that revolve around new technologies.

What we call “French tech”, i.e. French start-ups specialising in new technologies, is also very stimulated by this context of intense and rapid progress. I think that in any case in the globalized society in which we live all countries are impacted by the emergence of new technologies.

Aman (Vaartaalaap) : Will business analyst as a role be available in next 10 years, if so in a transformed state?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : Not only will the role of business analyst still be largely present in 10 years’ time, but I think it will be even more necessary than it is now.

Let me explain. After the era of mass consumption, we have now entered a society of personalization of needs. Until a few years ago, customers were grouped by “target audience”, i.e. by groups of consumers with common characteristics.

New technologies now make it possible to target consumer needs almost individually. Creating a solution that responds to identified needs for a target audience was already complicated enough, so one can imagine how it can become even more complex with a needs analysis at the level of the individual.

I don’t have a crystal ball, but I think that in 10 years time, it is possible that the job of Business Analyst will be even more focused on soft skills than hard skills, but also that it will require even more holistic knowledge and general knowledge than it does now.

A Business Analyst may be able to have algorithms do his data analysis, or have a program automatically write the functional specifications of the target solution. But initially, it will be up to him to identify the countless, growing and complex internal and external constraints to be taken into account. Without counting on many other activities that call for soft skills (communication, elicitation, change management…) which, I hope, will not be delegated to computer programs – unless we lose our souls as human beings… Let’s not forget that 50% of the success of an IT project depends on the ability to accompany the change. The day when artificial intelligence will be able to have an emotional intelligence, we’ll talk about it again…

Aman (Vaartaalaap) : France is one of the early countries to introduce digital tax on internet behemoths like Amazon, Google, Microsoft etc. Does that money help in retraining people in France on new age jobs requiring AI or automation?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : I’m not a specialist here either and to tell you the truth I had to look on the internet before the interview to understand what it was all about.

From what I understood, France is indeed pushing the G7 countries to adopt an international tax on digital services. It will be an international tax and not a local tax at the country level because obviously if a country has a local tax, chances are that these digital giants like Google or Amazon will manage to get around the constraint by going through other less restrictive countries. The purpose of this tax, as I understand it, is to take account of new consumer purchasing patterns and in particular the fact that e-commerce now dominates purchasing behaviour. The aim is to introduce fairness, so that physical shops are not taxed more than online shops.

What I have also understood is that this international taxation will replace the local taxation of countries. So it would not be a new tax and therefore logically it should not bring more money into the coffers. In any case, I would be interested to have expert opinions on the subject!

French version

Aman (Vaartaalaap) : Pensez-vous que l’automatisation et l’utilisation croissantes de l’Intelligence Artificielle (IA) ont un impact sur votre métier – la Business Analyse ? Si oui, comment ?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : Tout d’abord, je voudrais préciser que le concept d’intelligence artificielle est souvent mal utilisé dans les entreprises.

Souvent, il s’agit simplement d’un projet informatique plus ou moins classique, mais pour trouver un sponsor ou un financement, certaines personnes utilisent le terme d’intelligence artificielle parce qu’il semble plus « moderne ».

En réalité, de nombreux chefs d’entreprise n’ont pas une idée très claire de ce qu’est l’IA.

Donc oui, en ce qui me concerne, en tant que Business Analyst, lorsque je vois apparaître le terme d’intelligence artificielle, j’ai un signal d’alarme qui s’allume immédiatement, car cela signifie qu’il faudra lever ces ambiguïtés dès le début du projet.

Que veut vraiment l’entreprise qui parle de mettre en œuvre l’intelligence artificielle ? Par exemple, un « chatbot » est-il une intelligence artificielle ? On peut considérer que c’est simplement une sorte de FAQ avec une fonctionnalité supplémentaire de reconnaissance vocale. Ou bien l’entreprise recherche-t-elle plutôt une analyse prédictive et prescriptive ?

Au fait, je viens de lire un article sur la découverte par le MIT d’un antibiotique surpuissant, grâce à la combinaison de l’intelligence artificielle et du machine learning. Pour moi, c’est cela, l’intelligence artificielle. Ce que je veux souligner ici, c’est que la notion d’IA reste, pour la grande majorité des dirigeants, un concept « sexy » mais peu clair.

Quoi qu’il en soit, je constate effectivement que les projets informatiques qui mentionnent le terme d’intelligence artificielle sont de plus en plus fréquents.

Aman (Vaartaalaap) : Avez-vous dû acquérir de nouvelles compétences en cours de route pour rester dans votre poste actuel ou pour progresser dans votre carrière ?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : Tout d’abord, j’aimerais revenir sur le rôle du Business Analyst dans les projets de systèmes d’Information. Nous intervenons lorsqu’une organisation doit mettre en œuvre une solution pour répondre à un besoin de changement, quel qu’il soit.

Cela peut bien sûr être la mise en place d’une nouvelle solution informatique, par exemple un CRM pour aider les équipes commerciales, ou un logiciel de comptabilité, ou encore la création d’une application « responsive » à destination des clients de l’entreprise.

Mais le changement peut aussi être le résultat d’une modification de la politique stratégique de l’entreprise, d’une fusion ou d’une acquisition, de la nécessité de revoir les processus de l’entreprise pour améliorer ses performances, etc.

Ainsi, en tant que Business Analyst, l’essentiel de notre travail consiste d’abord à comprendre les besoins commerciaux de l’organisation, puis, après une analyse appropriée des contraintes externes et internes, à recommander une solution. Ce n’est qu’après cette étape préliminaire que nous parlerons de la solution, et que nous devrons la décrire très précisément.

Un Business Analyst n’est pas censé travailler sur la solution technique – c’est le travail des architectes techniques, des développeurs et autres data scientists.

Cependant, un analyste métier est aussi un pont entre les utilisateurs métiers et les équipes techniques.

Je pense donc que, sans devenir un expert en intelligence artificielle, un Business Analyst (BA) devrait au moins avoir un vernis dans ce domaine, et faire une veille informationnelle constante sur les technologies émergentes et les besoins qui en découlent au niveau des entreprises.

Un autre point important qui, à mon avis, joue en faveur de cet effort d’information / de formation est que le BA doit savoir identifier avec précision ses contributeurs, qu’ils soient du côté « métier » ou des équipes de développement. Le progrès technologique a conduit à l’émergence de nouveaux rôles et de nouvelles compétences. Je pense par exemple aux data analysts et aux data scientists.

Le Business Analyst doit comprendre comment il va travailler avec eux, car il peut y avoir un glissement des rôles et responsabilités au sein de l’équipe de projet, en raison de ces changements récents.

Autre point : l’intelligence artificielle impacte les activités d’identification des besoins des entreprises, si l’organisation veut utiliser les nouvelles possibilités technologiques dans l’analyse prédictive et prescriptive. Jusqu’à présent, un analyste commercial analysait les données passées de l’entreprise et de son environnement avant de proposer des recommandations de solutions.

Avec l’émergence du Big Data, de l’IA et donc de l’analyse prédictive et prescriptive, le BA doit également analyser les données futures calculées par les algorithmes, et donc, même si son travail n’est pas de créer ces algorithmes-là, il devra intégrer ces données comme une contrainte ou une opportunité supplémentaire.

Enfin, étant donné le contexte dans lequel l’analyste commercial opère, qui je le rappelle est lié à un besoin de changement, je ne saurais trop insister sur l’importance de la formation continue tout au long de sa carrière, que ce soit dans le domaine de l’IA ou non.

On peut en effet penser à tous les changements réglementaires liés à la protection des données, à la cybersécurité, aux changements méthodologiques dans la gestion de projets, etc… Un Business Analyst est d’autant plus pertinent et compétent qu’il possède une bonne connaissance générale et spécifique des secteurs sur lesquels il intervient.

En ce qui me concerne, j’ai de la chance : mon site web m’oblige à me tenir informée en permanence afin de pouvoir écrire des articles de valeur, et le feedback que je reçois de la communauté francophone des Business Analysts est extrêmement précieux pour moi car il me permet aussi de rester informée des dernières pratiques.

Je lis également beaucoup de livres, et je m’inscris régulièrement à des formations sur des plateformes d’apprentissage (MOOC…).  Ma dernière formation porte précisément sur “les sciences des données de A à Z”.

Aman (Vaartaalaap) : En France, les nouvelles technologies entraînent-elles un repli ou créent-elles de nouvelles opportunités ?

Alice (BestOfBusinessanalyst.fr) : Je ne suis pas une spécialiste du marché des nouvelles technologies, mais je vois d’innombrables projets qui tournent autour des « new techs ».

La “French tech”, c’est-à-dire les start-ups françaises spécialisées dans les nouvelles technologies, est également très stimulée par ce contexte de progrès intense et rapide. Je pense que, en tout cas, dans la société mondialisée dans laquelle nous vivons, tous les pays sans exception sont touchés par l’émergence des nouvelles technologies.

Aman (Vaartaalaap) : Le rôle de Business Analyst existera-t-il dans les 10 prochaines années, et si oui, sous quelle forme ?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : Non seulement le rôle de Business Analyst sera encore largement présent dans 10 ans, mais je pense qu’il sera encore plus nécessaire qu’il ne l’est actuellement.

Laissez-moi vous expliquer ma pensée. Après l’ère de la consommation de masse, nous sommes maintenant entrés dans une société de personnalisation des réponses aux besoins. Jusqu’à il y a quelques années, les clients étaient regroupés par “target audience”, c’est-à-dire par groupes de consommateurs ayant des caractéristiques communes.

Les nouvelles technologies permettent aujourd’hui de cibler les besoins des consommateurs de manière quasi individuelle. Créer une solution qui réponde aux besoins identifiés d’un public cible était déjà assez compliqué, on peut donc imaginer à quel point cela peut devenir encore plus complexe avec une analyse des besoins au niveau de l’individu.

Je n’ai pas de boule de cristal, mais je pense que dans dix ans, le travail de Business Analyst nécessitera encore plus de compétences holistiques et inter et intrapersonnelles qu’aujourd’hui.

Un BA pourra peut-être faire analyser automatiquement ses données par des algorithmes ou encore faire écrire les spécifications fonctionnelles de la solution cible par un programme informatique. Mais au préalable de ces activités peut-être confiés dans le futur à une « intelligence artificielle », il lui appartiendra d’identifier les innombrables, croissantes et complexes contraintes internes et externes à prendre en compte.

Sans compter les nombreuses autres activités qui font appel aux « soft skills » (communication, empathie, écoute…) qui, je l’espère, ne seront pas déléguées aux programmes informatiques – à moins que nous ne perdions notre âme d’êtres humains…

N’oublions pas non plus que 50% de la réussite d’un projet informatique dépend de la capacité à accompagner le changement. Le jour où l’intelligence artificielle pourra avoir une intelligence émotionnelle, nous en reparlerons…

Aman (Vaartaalaap) : La France est l’un des premiers pays à avoir introduit une taxe sur le numérique applicables aux monstres de l’internet comme Amazon, Google, Microsoft, etc. Cet argent contribue-t-il à la reconversion des Français vers des métiers « new age » nécessitant l’intervention de l’IA ou comportant davantage d’automatisation ?

Alice (BestOfBusinessAnalyst.fr) : Je ne suis pas non plus une spécialiste dans ce domaine, mais voici ce que j’ai compris.

La France pousse en effet les pays du G7 à adopter une taxe internationale sur les services numériques. Ce sera une taxe internationale et non pas une taxe locale au niveau d’un pays parce qu’évidemment si un pays taxe localement, il y a des chances que ces géants du numérique comme Google ou Amazon arrivent à contourner la contrainte en passant par d’autres pays moins contraignants. Le but de cette taxe, telle que je la comprends, est de tenir compte des nouvelles habitudes d’achat des consommateurs et en particulier du fait que le commerce électronique domine désormais ces nouvelles habitudes de consommation. L’objectif est d’introduire l’équité, afin que les magasins « physiques » ne soient pas plus taxés que les boutiques en ligne.

Ce que j’ai également compris, c’est que cette taxation internationale remplacera la taxation locale des pays. Il ne s’agirait donc pas d’une nouvelle taxe et donc, logiquement, elle ne devrait pas rapporter plus d’argent dans les caisses. En tout cas, je serais intéressée d’avoir des avis d’experts sur le sujet !

About Vaartaalaap

About Vaartaalaap

The word is hindi and it means Communication with one or more people or discussion.
Vaartaalaap is a platform for discussion, debates and interviews. It is a means to bring out interactions with common people as well as celebrities on multi-farious topics for global audiences. The platform will allow for user generated discussions as well on its app in near future as well

Suivez Vaartaalaap sur les réseaux sociaux :

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] l’Intelligence Artificielle peut venir à leur rescousse. Sa puissance de calcul, associée à son immunisation à l’ennui […]