La stratégie créative de Disney (de l’idée à la réalisation concrète)

La stratégie créative de Disney
Walt Disney™ était tout autant un génie en affaires qu’un créateur. Un examen plus approfondi de sa stratégie montre qu’une grande partie de son succès est due à une approche très spécifique, connue de nos jours sous le nom de « stratégie créative Disney ».
 
Heureusement, en matière de stratégie créative, il n’est pas nécessaire de s’appeler Walt Disney™ pour transformer une idée de génie en stratégie commerciale concrète.
 
Je vous présente la méthode derrière la stratégie créative de Disney, de l’idéation à la réalisation concrète.

Génie créatif ou stratégie d’affaires?

Tout le monde a des idées, mais quand il s’agit de les transformer en réalité physique, peu de gens passent réellement à l’action.

Larry Page se serait réveillé une nuit avec l’idée subite de ce qui allait devenir son célèbre moteur de recherche Google.

Au XIXe siècle, le chimiste Dimitri Mendeleïev comprit en rêve que les éléments chimiques de base étaient tous liés les uns aux autres d’une manière similaire aux thèmes et aux phrases en musique. A son réveil, il écrivit ainsi la première version du tableau périodique des éléments – la fameuse table de Mendeleïev qui constitue la base de la chimie moderne.

Il est dit aussi que la théorie de la relativité générale aurait été matérialisée à la suite d’un rêve persistant qu’Albert Einstein aurait eu dans son adolescence.

Walt Disney™ est à l’origine de la fameuse « stratégie créative Disney », formulée à l’origine par Robert Dilts, un expert en programmation neurolinguistique (PNL), dans son livre « Strategies of Genius : Volume One« , publié en 1995.

En tant que praticiens de la Business Analyse, nous avons la lourde responsabilité de trouver des solutions en réponse à un problème. Mais mener des ateliers de brainstorming créatif ne sert à rien si aucun réalisation concrète n’en sort.

Je vous propose donc de nous inspirer de la stratégie créative de Disney, que je vais vous détailler dans cet article.

[Master Class] Devenir Business Analyst en S.I.

Les Fondamentaux de A à Z
50 heures de formation qualifiante complète en e-learning pour se professionnaliser au métier de Business Analyst en systèmes d'information.

La stratégie créative Disney: bien plus qu’un simple outil de brainstorming

La stratégie créative de Disney est un outil de brainstorming mais également de mise en œuvre des idées générées. Elle se base sur un jeu de rôle pour examiner un problème sous trois perspectives différentes, de manière séquentielle : celles du rêveur, du réaliste et du critique.

  • Le rêveur (visionnaire créatif)

Dans la première étape, votre groupe de travail et vous prenez le rôle du rêveur, afin de générer une multitude d’idées, en association libre, qui peuvent être totalement fantaisistes. Tout est permis ici. Le rêveur ne juge pas, il accueille toutes les idées avec beaucoup de bienveillance.

  • Le réaliste (rationnel)

Dans une deuxième phase, les idées sont passés au tamis du réaliste afin de décider lesquelles sont réellement possibles. Le réaliste-rationnel adopte un point de vue pratique, il développe des plans d’action et examine les étapes nécessaires à la réalisation. Son objectif est de répondre à cette question : « Que faudrait-il faire dans le monde réel pour que ces idées se concrétisent ? ».

Lire aussiBusiness Analyst : possédez-vous ces 8 compétences personnelles ?

  • Le critique (pessimiste)

Dans cette troisième étape, vous devez examiner la proposition sélectionnée et ses implications dans le monde réel d’un point de vue beaucoup plus critique. L’objectif est de vérifier que votre plan de bataille est le plus complet possible, en scrutant et en affinant chaque détail. Il s’agit, par la critique constructive et positive, d’identifier les sources d’erreurs possibles.

Être à la fois rêveur, réaliste et critique

Il est indispensable de faire cohabiter séquentiellement ces 3 rôles, afin de sortir des points de blocages qui surviennent lorsqu’un ou deux angles de vue uniquement cohabitent.

En effet, le rêveur sans le réaliste ne peut pas concrétiser ses idées.

Le critique et le réaliste vont être peu créatifs et/ou innovants sans le rêveur.

Le critique et le rêveur dans le même bateau sans le réaliste, cela donne des conflits sans fin.

Le rêveur et le réaliste peuvent accomplir des choses ensemble, mais sans atteindre le degré de qualité qu’ils auraient pu avoir avec un critique à bord.

Lire aussi8 étapes pour résoudre un problème efficacement [The Simplex Process]

Une bonne planification exige donc d’assumer ces trois rôles et de les exercer séquentiellement. Certains membres du groupe de travail peuvent être plus naturellement disposés à l’un ou l’autre des rôles, mais il est réellement nécessaire d’équilibrer le processus avec une équité et une même importance accordée à tous.

 

Les 4 étapes de la méthode Disney

Comment utiliser concrètement la stratégie créative Disney pour mettre en œuvre une stratégie créative pour votre entreprise ou vos clients ? Vous l’avez compris, le jeu de rôles est la base de cette approche, mais il n’est pas si évident de « jouer » dans un cadre sociéto-économico-culturel qui privilégie l’application de normes et n’encourage pas vraiment à sortir des clous.

Il est donc nécessaire de préparer l’état d’esprit des participants du groupe de travail, afin qu’ils se piquent au jeu et à l’enjeu créatif en toute liberté. Ces 4 étapes peuvent les y aider.

Étape 1 : Créer de l’espace

Si vous avez l’espace nécessaire, utiliser une pièce par rôle, ou aménagez des espaces dédiés bien spécifiques dans une même pièce. Cela aidera les participants à changer leur état d’esprit en fonction du rôle et de la posture qu’ils doivent adopter. Prévoyez également la présence d’une personne qui sera chargée d’organiser et de rédiger la trace documentaire de chaque étape.

[Formation] Comment être rapidement opérationnel

Business Analyst en Systèmes d'Information DEBUTANT
2 heures de conseils pratiques pour identifier les informations initiales à recueillir, bâtir une première feuille de route claire de vos activités, et produire vos tous premiers résultats.

Étape 2 : Entrez dans la peau du rêveur (le visionnaire créatif)

Une fois que vous avez réuni votre groupe de travail, assurez-vous que la méthode Disney leur a bien été expliquée. Tous les participants doivent également comprendre qu’ils commencent par se mettre dans la peau exclusive du rêveur. Ils doivent se sentir libre de lancer des idées, sans restriction aucune, ni en termes de délais, de budget, de ressources, de faisabilité technique, de fantaisie. N’introduisez pas de limites, évitez de mentionner tout ce qui ressemble de près ou de loin à des règles. Si vous et votre équipe pouviez faire n’importe quoi avec ce projet, que voudriez-vous faire en priorité ? Quelles idées vous feraient réagir avec enthousiasme ?

Lire aussi: 5 clés pour stimuler sa créativité

Étape 3 : Passage de relai au réaliste (le rationnel)

A l’issue de l’étape précédente, vous avez recueilli une moisson d’idées, des plus loufoques aux plus innovantes. Bien sûr, à ce stade, on ne juge pas : l’idée a priori loufoque peut s’avérer, après examen attentif du réaliste, comme étant finalement la meilleure pour répondre à la problématique initiale.

Dans cette troisième étape, vous allez affiner et ajuster vos idées pour les rendre plus concrètes. C’est à ce moment que le groupe de travail se concentre sur l’action : planification, description complète et évaluation de l’idée ou des idées jugées les plus prometteuses.

Étape 4 : Transition vers le rôle du critique (le pessimiste)

Dans cette dernière étape, votre groupe de travail et vous et votre équipe allez examiner vos idées d’un point de vue critique. Pour adopter une perspective positive de critique constructive, vous devez remettre en question et tester chaque étape du processus de l’idée, en essayant de trouver des failles. L’objectif est d’optimiser la stratégie afin d’affiner votre plan jusqu’à ce qu’il soit aussi bon que possible.

Lire aussiComment réutiliser efficacement un retour d’expérience (et apprendre de ses erreurs)

 

Optimiser l’utilisation de la stratégie créative Disney

Voici 2 conseils complémentaires pour éviter les situations de blocage courantes :

  • Prévoyez suffisamment de temps à chaque étape pour que les participants puissent développer leurs idées pleinement. En effet, passer trop rapidement d’une phase à l’autre peut étouffer l’imagination du groupe de travail.
  • Pendant la phase de critique (le rôle du pessimiste), rappelez-vous que vous critiquez l’idée et sa stratégie de mise en œuvre, et non pas la ou les personnes qui les ont proposées ! Le cas échéant, il va sans dire vous risqueriez de créer des batailles d’égo peu productives.

Les étapes présentées ici sont similaires à un certain nombre d’autres approches de la résolution créative de problèmes, notamment le Design Thinking, la Simplex method et Six Thinking Hats.

Lire aussi: Design Thinking : une stratégie créative pour innover

Eh oui, une innovation est rarement une invention totalement nouvelle, d’où l’intérêt de nourrir votre créativité en apprenant et en vous informant continuellement 😊

Mes sources d’inspiration: « La boîte à outils de la créativité » de François Debois, Arnaud Groff, et Emmanuel Chenevier, « The Disney Creative Strategy » de Mind Tools

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste
4 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires