Les Inclassables

Comment obtenir votre premier poste de Business Analyst

Devenir business analyst

Une très grande proportion de Business Analysts en systèmes d’information a eu une autre carrière avant de se reconvertir à ce métier. Et 100% des aspirants à ce rôle se sont demandé, au moment d’obtenir leur premier poste en tant que BA, comment réutiliser leur expérience passée pour mieux se « vendre » auprès des recruteurs.

De l’autre côté du miroir, les recruteurs sont soumis à une forte pression pour trouver ces profils très recherchés par les entreprises. Et comme il n’existe pas ou peu de formations à ce métier, ils prennent des risques, se focalisant sur les candidats les plus « compatibles », quand bien même ils n’ont eux-mêmes pas une idée très claire de ce qu’est ce rôle.

Que vous soyez en recherche d’emploi ou recruteur de business analysts, je vous propose dans cet article les témoignages très instructifs de ces fameux Business Analysts débutants et reconvertis…

Quand on a été développeur informatique 

Ces Business Analysts aspirants connaissent les besoins des équipes techniques, et savent ce que c’est de travailler dans le cadre d’un projet informatique, mais ne connaissent ni le métier de Business Analyst, ni les besoins et contraintes métier.

J’ai travaillé en tant que développeur pendant deux ans, mais je n’étais pas super bon, et en plus, je n’aimais pas vraiment faire ça. De plus, le rôle de développeur est assez « antisocial » et j’avais du mal à me lever le matin pour aller travailler.

J’ai donc postulé un emploi de Business Analyst, un peu au hasard ; j’ai réussi à me « vendre », surtout je pense grâce à mon aisance relationnelle, et au fait que les besoins métiers des entreprises m’intéressent particulièrement.

Je n’ai rien étudié du tout… J’ai juste lu ce que faisait un BA et pendant l’entretien, j’ai réutilisé ce que j’avais compris de ces activités en les mettant en lien avec mon expérience passée de développeur.

J’ai eu de la chance, je crois… En tout cas c’est un excellent poste !

Nicolas

 

J’ai passé 10 ans dans le domaine du renseignement militaire avant de passer au développement de logiciels. J’ai fait cela pendant trois ans, et pour être honnête, je n’étais ni spécialement brillant dans la programmation, ni réellement intéressé par ce métier. Je me suis donc tourné vers d’autres voies, et je suis devenu Business Analyst.

Elie

Quand on a été utilisateur ou expert métier

Ces aspirants Business Analysts, à l’inverse des profils précédents, ne connaissent rien à l’informatique ni à la gestion de projets IT, ni non plus le métier de business analyst. Par contre, ils sont très sensibles aux besoins métiers et sectoriels de leur organisation, et possèdent une empathie naturelle pour les utilisateurs… l’ayant été eux-mêmes avant leur reconversion.

Comme beaucoup d’autres business analysts de mon département, je suis issue du « métier ». Nous étions initialement les utilisateurs de ces logiciels. Devenir BA nous a mis dans une position idéale, car nous sommes à présent en mesure de gérer les exigences et les responsabilités liées à la mise en place de nouveaux outils destinés aux collaborateurs.

Cathy

Même parcours professionnel que Cathy.

Devenez un expert dans votre domaine sectoriel ou votre département, puis commencez à identifier les problèmes et à améliorer les processus. Travaillez avec les Business Analysts de votre organisation, découvrez auprès d’eux comment votre entreprise procède pour améliorer le système d’information, comment faire la documentation des exigences, ce qu’est le cycle de vie logiciel et la gestion de projet. Développez vos compétences relationnelles (collaboration, etc.) dès vous en avez l’occasion. Tout cela vous permettra de faire un grand pas en avant… et peut-être de devenir business analyst !

J’étais en fait un analyste des prix avant de devenir un BA, j’ai eu un travail entre les deux mais rien ne me préparait mieux pour ce rôle. Tous dans la même entreprise d’ailleurs, si ça compte.

Charlotte

J’ai dit très tôt à mes responsables que j’étais très intéressé à bosser sur les projets informatiques, et dès qu’il y en avait un qui était lancé, je me portais volontaire pour être key user ou focal point. Mon implication et mon travail ont attiré l’attention d’un Business Analyst de mon organisation, et comme il y avait précisément un poste vacant dans son département, il a proposé mon nom à son manager, qui m’a ensuite demandé si j’étais intéressé.

Alors un conseil : si vous avez de telles possibilités d’élargir votre périmètre métier et de travailler avec d’autres départements, faites-le. Et si vous connaissez la personne responsable du recrutement dans ce département, parlez-en à lui directement. Dites-lui que vous vous intéressez à ce que fait son département et que vous voudriez savoir quels conseils il donnerait à quelqu’un qui souhaite les rejoindre. Au minimum, vous récolterez des conseils judicieux, et en plus, comme il sera au courant que vous êtes intéressé, vous serez visible sur son écran radar.

Kevin

Dans la vidéo ci-dessous, découvrez l’interview de Thibault, qui nous parle de son parcours et nous livre de précieuses informations sur les certifications à la business analyse, les activités qu’il réalise au quotidien, les “soft skills” requises etc.

Et les autres… animés par leur envie de progresser

Si vous n’êtes ni expert métier, ni développeur, rien n’est perdu, comme le montrent les témoignages édifiants que j’ai collectés pour vous. Pas forcément facile, certes… mais après tout, “quand on veut, on peut”!

Pour vous donner le contexte, j’ai un bac + 2 en informatique.

J’ai gravi lentement les échelons chez mon employeur actuel. J’ai commencé au service clients en répondant aux appels téléphoniques, puis j’ai occupé un autre poste dans le traitement des impayés, avant de réussir à me faire une place dans l’équipe chargée du  système d’analyse vocale nouvellement acquis par mon entreprise. Je pense que j’étais juste « compatible » avec le reste de l’équipe,  sur le plan relationnel je veux dire, car je n’avais aucune expérience dans ce domaine et je n’étais pas non plus l’un des meilleurs dans mon poste de l’époque.

Ensuite, en plus de mon travail sur le système d’analyse vocale, on m’a proposé de faire un stage de business analyst. J’aidais les business analysts expérimentés, principalement en testant les modifications apportées à l’interface utilisateur dans notre système de recouvrement de créances. Après la fin du stage, on m’a proposé un poste de Business Analyst junior. Dans mon entreprise, après deux ans en tant que BA junior, et si vous avez fourni un travail de qualité, vous pouvez prétendre au rôle de business analyst senior – c’est ce qui m’est arrivé.

Si je fais le compte, il s’est écoulé dix années entre mon premier poste au service clientèle et cette opportunité de devenir business analyst, qui m’a enfin permis d’obtenir enfin un poste plus gratifiant mentalement et financièrement.

Florent

Moi je suis un ancien analyste militaire. Je pensais que faire de la gestion de projet serait un bon choix de carrière ultérieur, car c’est ce que font beaucoup d’anciens militaires, mais j’ai vite réalisé que j’étais bien plus adapté au rôle de Business Analyst au sein de projets informatiques. Pour tout dire, j’avais très peu de connaissances en informatique et en développement logiciel, alors j’ai passé les certifications Prince et Agile. Cela m’a permis d’acquérir des compétences de base.

Antoine

En ce qui me concerne, j’ai travaillé dans le service clientèle d’une grosse PME, mais j’ai toujours été intéressée par l’amélioration continue et le travail de business analyst (bien qu’à l’époque, je ne comprenais pas vraiment ce que c’était !).

Grâce aux possibilités offertes par mon entreprise pour faire de la mobilité interne, j’ai passé quelques jours dans le département IT, et je me suis impliquée dans autant de projets que possible en tant que SME (subject matter expert)

J’ai écumé YouTube, internet, divers blogs, etc. pour en apprendre le plus possible sur les exigences métiers et le métier de business analyst, avant de pouvoir (enfin) postuler en interne.

Mon conseil : informez-vous au maximum sur ce que fait un Business Analyst et voyez ensuite si vous pouvez appliquer les techniques de BA à votre métier actuel. Cela vous permettra de vous conforter dans l’idée que vous vous faites de ce rôle, et d’avoir une expérience et un résultat concret à montrer si vous postulez par la suite à ce job.

Anne

Allez, petite cerise sur la gâteau, le témoignage de Tom. A noter que j’ai changé les noms pour garder les témoignages anonymes, et que “Tom” est américain. Pas sûre que son parcours soit duplicable aisément en France, avec le culte du diplôme que prône la plupart des recruteurs et des employeurs français.

Ma carrière : Film/TV > Recherche > Marketing (création de sites web sur le marketing) > Business Analyst junior > Business Analyst senior > Conseil.

Oui, je sais, c’est un parcours professionnel assez étrange. Ce sont mes compétences relationnelles qui m’ont permis d’obtenir ce rôle.

Tom

Et vous, quel a été le parcours professionnel qui vous a conduit.e à devenir Business Analyst ? (Je vous livre le mien ici : Qui suis-je?)

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *