Les Inclassables

Comment réagir avec confiance lors d’un entretien d’embauche

Comment réagir avec confiance lors d'un entretien d'embauche

Vous être en plein milieu d’un entretien d’embauche pour un poste de Business Analyst qui vous tente beaucoup, et jusqu’ici, tout se passe bien. Soudain, le recruteur vous pose une question à laquelle vous ne vous étiez pas préparé(e) et votre esprit se fige.

Votre cœur se crispe, votre pouls s’accélère et vous vous mettez à transpirer. Par réflexe, vous commencez alors à parler sans trop réfléchir, tout en ayant piteusement conscience que cela n’a ni queue ni tête. Mais ne vaut-il pas mieux dire quelque chose que ne rien dire ou, pire, devoir admettre que vous ne connaissez pas la réponse ? Vous repartez de l’entretien déconfit(e), conscient(e) de ne pas avoir été à la hauteur.

Si ce scénario vous remplit d’effroi, ne vous inquiétez pas : pour vous, cher lecteur / chère lectrice, tout cela restera de la pure fiction.

Dans cet article, nous allons en effet examiner ensemble comment vous préparer à répondre aux questions tortueuses … de manière calme et concise. Ce petit tutoriel, élaboré après avoir croisé de nombreuses sources d’information, se veut universel et ne concerne donc pas les seul(e)s Business Analysts.

>> Lire aussiComment obtenir votre premier poste de Business Analyst

 

L’importance d’une bonne préparation

Les recruteurs posent très couramment des questions difficiles. Et ils ne le font pas parce que ce sont des personnes particulièrement vicieuses, mais simplement pour voir si vous êtes capable de travailler et de réagir sous la pression.

C’est la raison pour laquelle une bonne préparation est essentielle.

Le fait de vous préparer à un entretien permet de réduire votre stress le jour J et d’améliorer votre confiance en vous. En outre, cela montre à votre interlocuteur que vous êtes organisé(e), réfléchi(e) et capable de gérer la pression (que vous subirez inévitablement plus tard en tant que collaborateur/trice).

C’est ce qui vous aidera à faire une bonne première impression.

La préparation vous donne également l’occasion de réfléchir à votre valeur ajoutée passée et future, à vos points forts et à vos compétences. N’oubliez pas que, lorsque nous sommes poussés dans nos retranchements lors d’un entretien d’embauche, nous pouvons oublier certains éléments importants de notre parcours. S’y préparer contribue donc à répondre de manière claire et pertinente.

Comment se préparer aux questions des recruteurs

Six étapes constituent le processus de préparation à un entretien d’embauche « optimisé ».

 

1. Recueillez autant d’information possible sur le poste convoité

Se renseigner est évidemment crucial avant de se rendre à l’entretien. Cela vous semble évident ? Détrompez-vous ! Beaucoup de candidats arrivent « la fleur au fusil » face au recruteur – trop confiants ou simplement nonchalants…

Commencez donc par lire attentivement l’annonce et la description du poste.

Parcourez ensuite le site web de l’organisation.

Si vous le pouvez, inscrivez-vous à des forums ou à des réseaux professionnels pour échanger avec des personnes qui travaillent déjà dans l’entreprise ou le département.

Une fois les renseignements obtenus, il s’agit de les analyser pour en tirer un maximum de profit – notamment, en vous demandant quelles questions pourraient vous être posées. Certaines sont « classiques », alors autant vous y préparer. Vérifiez par exemple l’adéquation entre les compétences et connaissances professionnelles requises dans l’annonce et votre CV.

Si vous ne cochez pas toutes les cases, quelles sont parmi les capacités que vous avez développées dans vos postes précédents, celles qui peuvent être appliquées à celui-ci ? En quoi votre compréhension du secteur d’activité ou du métier profitera-t-elle à l’entreprise qui recrute ? Quels problèmes vous demandera-t-on probablement de résoudre?

>> Lire aussiQuelle est la personnalité MBTI-type du Business Analyst ?

 

2. Faites des recherches sur … vous-même

A votre avis, que fait un recruteur face à un CV qui retient son attention ? Il fait comme vous : il va sur internet pour se renseigner, et éventuellement, contacte les personnes qui vous ont recommandé(e).

Prenez donc un peu de temps pour vérifier votre e-réputation sur la Toile : tapez votre nom dans un moteur de recherche, sur Facebook, Instagram, YouTube &Co. Qu’est-ce qui apparaîtrait si un recruteur faisait une recherche sur vous en ligne ? Y a-t-il des photos, des commentaires, des profils ou des associations qui pourraient nuire à votre image professionnelle ?

Penchez-vous également sur l’image que perçoivent de vous vos anciens employeurs et collègues. Mieux vaut prévoir comment répondre à un potentiel mauvais retour que de se retrouver pris(e) de court pendant l’entretien d’embauche.

En faisant des recherches sur vous-même, vous avez moins de risque d’être pris(e) au dépourvu par des questions inattendues. Et cela vous donne également le temps de mettre à jour ou de supprimer les photos, tweets, articles de blog ou commentaires douteux que vous avez publiés en ligne.

 

3. Listez vos points forts et vos points faibles

Les recruteurs demandent souvent aux candidats quels sont leurs points forts et leurs points faibles. N’attendez pas d’être face à eux pour y réfléchir. Dressez une liste des vôtres à l’avance – pourquoi pas à l’aide d’une matrice SWOT personnelle. Après tout, comme Business Analyst, c’est un outil qui vous est souvent utile pour identifier les contraintes internes et externes et concevoir la solution cible, alors autant la mettre à profit pour mettre en lumière vos propres forces et faiblesses.

A propos de faiblesses, soyez honnête, tout en faisant des commentaires courts et positifs, et mettez en lumière ce que vous faites ou avez fait pour les corriger. Par exemple : « Avant, mon plus grand point faible était ma compétence technique en informatique, car je ne suis pas développeur. Pour combler mes lacunes, j’ai donc suivi des formations et tutoriels en ligne et je me suis même amusé à réaliser une base de données sous Access pour tel ou tel projet personnel. « 

Lorsque vous parlez de vos points forts, mettez l’accent sur ceux qui ont le plus d’importance pour le rôle auquel vous postulez. Démontrez comment ceux-ci vous aideront à répondre aux besoins de l’entreprise ou de l’équipe. Par exemple, vous pouvez dire : « Mes compétences de manager me donnent une grande expérience de la gestion et de la réalisation de projets clés dans le respect du budget et des délais. »

Ou encore : « J’ai travaillé pendant 10 ans comme acheteur dans l’industrie ferroviaire, ce qui me permet de connaître parfaitement votre secteur d’activités et les contraintes externes auxquelles votre entreprise fait face. Je suis également très familier avec les besoins métier que vous devez satisfaire dans vos projets informatiques ».

 

4. Identifiez les compétences clés

Examinez soigneusement la description du poste et identifiez les compétences clés dont vous aurez besoin pour être le/la plus efficace possible. Par exemple, comme Business Analyst, vous devrez démontrer votre capacité de communicant, de rédaction, de synthèse, de facilitateur/trice, d’écoute, de créativité et de capacité à résoudre des problèmes.

>>Lire aussiTop 5 des compétences-clé d’un Business Analyst

Est-ce que, dans votre parcours professionnel et personnel, vous pouvez mettre en avant des éléments qui démontrent ces compétences clés ?

Ensuite, réfléchissez à la manière dont vous utilisez ces compétences dans votre rôle actuel et préparez quelques exemples concrets, voire chiffrés.

 

5. Entraînez-vous à garder la tête froide

Les recruteurs aiment bien poser des questions difficiles pour tester votre capacité à travailler sous pression. Par exemple : « Parlez-moi de votre plus grand échec en tant que chef de projet » ou « Avez-vous déjà dû faire face à une crise ? Comment y avez-vous fait face ? »

Il se peut aussi qu’on vous pose des questions surprenantes, comme celles-ci :

  • « Si vous étiez un super-héros, quel serait votre super-pouvoir ? »
  • « Combien de pièces de 1 Euro faudrait-il pour faire une pile aussi grande que la Tour Eiffel? »

Ce type de questions exige une certaine créativité de votre part, ainsi qu’un bon sens de l’humour ! N’essayez pas de répondre trop sérieusement en effectuant de savants calculs, car ce n’est en réalité pas l’objectif.

Gardez votre sang froid!

Avoir un bon esprit d’initiative vous aidera à faire face à des questions délicates comme celles-ci. Votre attitude montrera que vous êtes capable de rester calme et de garder la tête froide en cas d’inattendus. Aussi, avant de répondre à une question, respirez profondément et détendez-vous. Réfléchissez un peu à votre réponse et ne commencez pas à parler avant de savoir ce que vous allez dire.

Si vous n’êtes pas sûr de comprendre une question, demandez à votre interlocuteur de la répéter et n’hésitez pas à demander un temps de réflexion supplémentaire. Il peut également être utile de prendre des notes pendant l’entretien, auxquelles vous pourrez vous référer lorsque vous donnerez votre réponse.

Soyez franc(he)…

Enfin, si vous ne savez vraiment pas quoi répondre, soyez franc(he), et surtout n’inventez pas n’importe quoi. Le recruteur s’en rendra vraisemblablement compte et cela pourrait nuire à votre crédibilité. Mieux vaut dans ce cas plutôt lui expliquer comment vous feriez vous trouver la réponse, par exemple en interrogeant un expert en data sciences ou un spécialiste des régulations internationales.

 

6. Entraînez-vous avec des jeux de rôle

Conseil classique, mais peu mis en pratique, ce qui est dommage car instructif : faire un jeu de rôle avec un ami ou un membre de votre famille. C’est un excellent moyen de s’entraîner à répondre aux questions de l’entretien, et cela vous aide à conscientiser vos réactions spontanées lorsque vous êtes mis(e) dans l’embarras ou challengé(e). Cela vous permet également de répéter tout haut vos réponses et de renforcer votre confiance en vous.

Enfin, dernier petit conseil pour celles et ceux d’entre vous qui penseraient bien faire en amenant leurs notes de préparation à l’entretien : ne les lisez pas (déjà vu !), car non seulement vous renverriez une image peu authentique de vous, mais ce comportement trop scolaire ne démontrera en aucun cas vos bonnes capacités de communicant – indispensables quand on est Business Analyst.

>> Lire aussiLes activités du Business Analyst débutant

 

Points clés à retenir

Les entretiens d’embauche peuvent être stressants, surtout lorsqu’un recruteur pose une question à laquelle vous ne savez répondre. S’y préparer est donc essentiel pour éviter d’être pris(e) au dépourvu et pour mettre en valeur vos compétences et vos réussites professionnelles.

6 étapes vous aident dans ce processus de préparation :

  • Recueillir autant d’informations possibles sur le poste convoité
  • Faites des recherches sur… vous-même !
  • Listez vos points forts et vos points faibles
  • Identifiez les compétences clés du poste
  • Apprenez à réfléchir rapidement en gardant la tête froide
  • Répétez l’entretien en faisant des jeux de rôle.

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires