Elicitation et collaboration

[VIDEO] Les techniques de collecte de l’information (Part 2)

Video elicitation part 2

« De quelle manière puis-je collecter une information exhaustive, fiable et vérifiée? »
Si vous vous posez cette question, bonne nouvelle, des techniques existent, et vous devez absolument les connaître pour les utiliser à bon escient, en fonction du contexte et de vos objectifs.

Cette vidéo fait le point sur les 10 principales techniques d’élicitation, que tout Business Analyst devrait avoir dans sa boîte à outil.

– 2ème partie (5 techniques) –

Et pour celles et ceux qui ne veulent pas regarder l’animation (dommage pour vous…), voici la retranscription de la vidéo.

Bonjour !

Dans la première partie, je vous ai présenté 5 techniques d’élicitation permettant de collecter une information exhaustive, fiable et vérifiée. Il s’agissait du brainstorming, des jeux collaboratifs, de l’analyse documentaire, des sondages et questionnaires, et de l’interview.

Voir aussi : [VIDEO] Les techniques de collecte de l’information (Part 1)

 

Voyons à présent les 5 autres principales techniques que vous devez connaître si vous êtes Business Analyst.

Technique 6 : l’observation de l’activité

Aussi appelée « job shadowing », cette technique est intéressante pour comprendre les problématiques métier rencontrées par les collaborateurs dans leur environnement de travail quotidien.

Elle est très efficace pour identifier les besoins non exprimés, comprendre les processus métier, évaluer la performance ou encore préparer les sessions de formation utilisateur.

Technique 7 : le focus group

Son objectif est la collecte qualitative d’idées et d’opinions autour d’un produit, service, processus ou d’une opportunité spécifique.

L’environnement dynamique du groupe, encadré par un modérateur, est propice à la réévaluation des perspectives individuelles en les confrontant à d’autres expériences. En ce sens, le focus group ressemble au brainstorming, mis à part le fait que la technique du focus group est beaucoup plus structurée et orientée vers un objectif bien défini.

Technique 8 : le workshop

Le workshop – atelier de travail en français – est articulé autour de plusieurs contributeurs qui vont travailler ensemble afin d’atteindre un but prédéfini. Un workshop est donc soigneusement préparé, avec un déroulement pensé pour atteindre progressivement le but en question.

Pour éviter que l’atelier de travail ne parte dans tous les sens, le Business Analyst doit également chronométrer le temps alloué à chaque thématique, ainsi que définir et énoncer les règles de la séance avant que celle-ci ne commence. La logistique est également d’une grande importance – le choix du créneau horaire, de la salle de réunion, du ou des médias, et bien entendu des participants qui amènent chacun une expertise particulière. Après le workshop, la diffusion d’un compte-rendu permet à tous les participants d’être informés des résultats validés lors de la session, ainsi que de l’agenda à venir et des actions à mener.

Voir aussiComment faire en sorte que vos réunions soient productives

Technique 9 : le prototypage

Cette technique permet de produire en séance une maquette de la solution qui fera consensus auprès de toutes les parties prenantes. Cette technique est intéressante pour collecter et valider les besoins métier, tout en optimisant la réflexion sur l’expérience utilisateur.

Le prototype défini en séance peut ensuite être amélioré par un UX designer, puis diffusé auprès d’un plus large public, avant d’être lancé en production ou développé. L’être humain a en effet besoin de visualiser, aussi est-ce une technique recommandée lorsque la solution cible est une application informatique comprenant une interface utilisateur, un produit ou encore un service.

Voir aussiPourquoi et comment concevoir les maquettes de vos applications

Technique 10 : la User Story

Elle est utilisée dans les méthodes agiles pour spécifier le développement d’une fonctionnalité, en exprimant à qui elle s’adresse et en quoi elle apporte de la valeur.

La syntaxe d’une user story est la suivante: « En tant que xxx, je souhaite xxx, afin de xxx ». Par exemple, en ce qui concerne la fonctionnalité de retrait d’argent d’un Distributeur A Billets, on pourrait imaginer ceci : « En tant que client d’une banque, je souhaite accéder à mon compte bancaire 7j/7 et 24H/24 afin de retirer de l’argent en espèces ».

Les user stories sont regroupées au sein d’un « Story Mapping », le tout permettant d’agencer de manière cohérente plusieurs user stories et ainsi de développer et de livrer un Produit Minimum Viable, qui sera ensuite progressivement enrichi. Les user stories sont un moyen complémentaire aux autres techniques d’élicitation.

Vous connaissez à présent les 10 techniques principales d’élicitation. Cette boîte à outils est fondamentale quand on est Business Analyst, pour pouvoir collecter une information exhaustive, fiable, vérifiée et validée.

Si vous souhaitez être tenus au courant de mes prochaines vidéos sur le métier de Business Analyst, n’oubliez pas de vous abonner à ma chaîne YouTube et de vous inscrire à la newsletter 😉

A bientôt !

Cet article vous a plu? Partagez-le et suivez-moi sur les réseaux sociaux!

Alice Svadchii
Alice Svadchii
Auteure du blog et Business Analyst enthousiaste

Envie de devenir Business Analyst?

Téléchargez dès maintenant mon e-book GRATUIT et apprenez enfin les fondamentaux de ce métier!

Recevoir le livre !

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de